I-can-see-you

Comme le titre ne l'indique pas, ici on parle de livres !

Lundi 27 août 2012 à 14:58

http://www.livraddict.com/covers/16/16218/couv75568723.jpg

¤ Résumé ¤

"La photo en noir et blanc d'une petite fille en maillot de bain foncé, sur une plage de galets. En fond, des falaises. Elle est assise sur un rocher plat, ses jambes robustes étendues bien droites devant elle, les bras en appui sur le rocher, les yeux fermés, la tête légèrement penchée, souriant. Une épaisse natte brune ramenée par-devant, l'autre laissée dans le dos. Tout révèle le désir de poser comme les stars dans Cinémonde ou la publicité d'Ambre Solaire, d'échapper à son corps humiliant et sans importance de petite fille. Au dos : août 1949, Sotteville-sur-Mer." Au travers de photos et de souvenirs laissés par les événements, les mots et les choses, Annie Ernaux nous fait ressentir le passage des années, de l'après-guerre à aujourd'hui. En même temps, elle inscrit l'existence dans une forme nouvelle d'autobiographie, impersonnelle et collective.

¤ Mon Avis ¤
 
 

           Avec Les années, Annie Ernaux nous brosse un portrait de la période de l'après-guerre à aujourd'hui, cependant là où elle innove, c'est que dans cette autobiographie atypique, elle n'évoque pas uniquement sa propre vie, mais plutôt l'atmosphère d'une époque, les images fortes que n'importe qui a pu vivre dans ces années. C'est une autobiographie impersonnelle, utilisant le ''on'', qui décrit les grands bouleversements du temps qu'elle raconte, les changements de mode de pensée, les mutations de la société. Cependant ce n'est pas un cours d'histoire : Annie Ernaux raconte bien les événements passés du point de vue de la population, insistant bien sur le fait que parfois les grands événements suscitaient l'indifférence générale du peuple, plutôt préoccupé par la vie quotidienne.

           C'est ça le grand intérêt du livre : plutôt qu'une description trop externe de l'Histoire, l'auteur nous immerge dans sa vie de l'époque, ce qu'elle était vraiment au quotidien, le tabou encore très présent sur le sexe dans les années soixante, le basculement de la société dans la consommation effrénée, le ressenti de la population sur mai 68, etc.. On se sent vraiment vivre cette époque, on la ressent d'une façon que je n'avais jamais expérimenté avant. J'ai d'ailleurs vraiment adoré la première partie du livre parce qu'on expérimente les années 50/60, qui sont des années assez fascinantes parce que le mode de vie est très différent de ce qu'il est maintenant, et que des changements majeurs interviennent à cette époque (révolution sexuelle, mai 68, etc..), c'est vraiment une époque qui m'intéresse et que j'ai aimé découvrir de l'intérieur comme l'auteur nous le propose dans le livre. Ce qui rend le livre aussi riche en souvenirs par ailleurs, c'est l'accumulation d'images qu'Annie Ernaux propose, des images significatives de l'époque, qui se succèdent ligne par ligne, des petites phrases décrivant des scènes banales de la vie de l'époque mais qui pour nous sont tellement éloignées, des visions marquantes d'une époque, des films... C'est un façon on ne peut plus efficace de nous faire visualiser ce qu'elle a vécu, et de plus son écriture est vraiment très belle.

           J'ai par contre moins apprécié la deuxième moitié du livre : elle reste certes intéressante, mais la société abordée (à partir des années 70) m'est beaucoup moins inconnue, même si je n'y ai pas vécu, j'ai eu l'impression que tous les faits sociaux survenus (la migration des villes vers l'espace péri-urbain, la vie politique de l'époque) avait été abordés dans mes cours d'histoire et j'ai finalement découvert peu de choses que je ne savais pas. Le vrai charme du livre était pour moi de découvrir ces années colorées de 50/60, le reste était pour moi plus terre à terre, plus ancré dans la réalité qui est quasiment celle d'aujourd'hui. Je ne dis pas que la qualité est moins bonne, si vous connaissez mal l'époque à partir de 70 vous en apprendrez beaucoup sur l'atmosphère de ces années (comme moi pour les début du livre), c'est juste que pour moi c'était un peu du déjà-vu donc moins intéressant, et honnêtement j'étais pressée de le finir sur la fin.

           J'ajoute aussi qu'Annie Ernaux glisse quelques bribes de sa vie réellement personnelle, en nous décrivant des photos de son enfance, en nous tenant au courant au fil du livre de l'évolution de sa vie parallèlement à celle du monde. Elle nous fait aussi part de son angoisse du temps qui passe, de sa volonté d'écrire ce livre, et j'ai trouvé ça plutôt intéressant.

           Bref, si vous êtes intéressé par l'histoire de la France à partir de l'après-guerre, si vous voulez lire une autobiographie fraîche et très bien écrite, surtout n'hésitez pas. C'était le premier Annie Ernaux que je lisais, apparemment elle écrit surtout des autobiographies, donc pourquoi pas un autre une prochaine fois !

Commentaires

Dire un truc

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Dire un truc









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://i-can-see-you.cowblog.fr/trackback/3202756

 

<< Un peu après | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Un peu avant >>

Créer un podcast